Un observatoire du français en Afrique à Villers-Cotterêts ?

Un observatoire du français en Afrique à Villers-Cotterêts ?

Le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie (HCILFF) soutient fermement cette proposition d’Yves Montenay, vice-président d’Avenir de la Langue Française (ALF). Il rejoint l’esprit et la lettre du projet d’ensemble pour le "château de l’ordonnance" de François 1er qu’ALF et le FFI avaient présenté au public le 9 octobre 2001 du balcon du "Plaisir" du roi chasseur, et qu’ALF et le député Jacques Krabal parvinrent à faire adopter en 1917 par le couple élyséen. Albert Salon

Villers-Cotterêts

Le château de Villers-Cotterêts, où François 1er a signé l’ordonnance faisant du français la langue juridique du royaume, est en cours de rénovation pour en faire une cité de la Francophonie. Ce projet a suscité un grand nombre de propositions.

En tant qu’observateur attentif de la situation du français dans le monde, de sa géopolitique et de sa géo-économie, j’ai formulé ma propre proposition que vous allez trouver ci-dessous.

Bien sûr, cela dépasse mon action individuelle, et il faudrait donc que cette proposition soit soutenue par le plus grand nombre de personnes ou d’institutions possibles. Dans un deuxième temps l’institution qui serait la plus intéressée serait chargée de sa mise en place.

Voici donc l’appel à toute personne, institution ou entreprise qui souhaiterait la réalisation de ce projet

Appel pour la création d’un observatoire du français en Afrique à Villers-Cotterêts centré sur l’économie et les entreprises

Avec le soutien :

  • du pôle francophonie  du Carrefour des Acteurs Sociaux,
  • de l’association Avenir de la langue française,
  • du Centre d’étude et de réflexion sur le monde francophone (CERMF)
  • d’Alain Arnaud, expert international et chef d’entreprise,
  • de Joël Broquet (Partenariat Eurafricain),
  • de Jacques-Nicolas de Weck, chef d’entreprise,
  • d'Yvon Pantalacci, auteur du Petit dictionnaire de la Francophonie
  • et de tout autre qui répondrait à cet appel.

L’évolution rapide de la situation en Afrique nous semble justifier la création d’un observatoire du français sur ce continent, à but principalement professionnel.

Le contexte

Dans le cadre des projets d’activités à Villers-Cotterêts, le Carrefour des acteurs sociaux a rassemblé quelques dizaines de propositions, dont la présente d’un observatoire du français en Afrique.

Cette proposition répond à plusieurs constatations :

1. La chance extraordinaire pour le rôle mondial de la langue française et pour les entreprises françaises en particulier, d’avoir un espace d’environ 500 millions d’habitants où l’on peut travailler en français,

2. Une certaine ignorance par les Français de l’importance du travail en français à l’étranger (ayant travaillé dans une douzaine de pays, j’ai été sensibilisé aux questions de langue de travail et de la langue des relations avec l’extérieur), ignorance qui se traduit souvent par des affirmations du genre : « Dans mon entreprise, j’ai suffisamment de personnes parlant moyennement anglais et ça suffit pour travailler n’importe où ».

3. La remise en cause de la francophonie dans certains milieux africains médiatiques et culturel importants, notamment en matière de programmes scolaires et de langue d’enseignement. Cela dans le cadre de mouvements « décoloniaux », voire directement anti-français.

D’où la nécessité d’un observatoire NON UNIVERSITAIRE de la situation du français dans ces pays, pour faire connaître l’importance que le français a pris non seulement comme langue officielle et de travail mais aussi comme langue maternelle, familiale, d’usage professionnel et de langue commune « dans la rue » dans beaucoup de villes africaines.

Un des objectifs est d’éviter la catastrophe qu’a été au Maghreb l’arabisation de l’enseignement, en faisant mieux connaître que le français est devenu une langue africaine largement diffusée, tout aussi légitime que les autres langues locales ou nationales, et souvent plus utile.

Le tout diplomatiquement et en bonne connaissance des autres idées qui ne sont pas toutes à écarter, notamment concernant la pédagogie des premières années du primaire.

Que faire ?

Concrètement, mettre en place un centre de documentation et d’échanges (colloques, documentation sur les formations utiles, contacts professionnels locaux…)

Confier cette mise en place à une institution solide compétente en économie, ayant déjà des réalisations dans ce domaine. Cette institution doit avoir une bonne expérience des entreprises. D’où mon affirmation ci-dessus du caractère impérativement non universitaire.

Pourquoi ? Beaucoup d’universitaires sont certes très compétents en matière africaine, mais ils le sont moins en matière d’entreprise, et sont surtout spécialisés dans des domaines de recherche étroits.

Soit ils sont linguistes et se passionnent pour une langue africaine pour laquelle ils rêvent d’un rôle inaccessible du fait des moyens financiers et surtout humains nécessaires. Ces moyens humains qui seront exigés des politiques seront très difficiles à former et à mettre administrativement en place, ce qui pèsera sur le développement.

Soit ils ont une attitude politique, comme ce fut le cas au Maghreb, et comme c’est le cas aujourd’hui dans certains états du Sahel avec des tentatives de promotion de l’arabe, ou, dans d’autres milieux, de l’anglais, deux langues inconnues de la masse de la population, malgré l’usage de mots isolés.

Cette catastrophe maghrébine est aujourd’hui reconnue par ses promoteurs d’hier, mais semble difficilement réversible pour des raisons de pression religieuse.

Il ne faudrait pas qu’elle se répète en Afrique subsaharienne : sous prétexte d’enseigner en langue maternelle, on enseigne en fait une langue normalisée qui n’est la langue maternelle de personne.

Par ailleurs définir un vocabulaire économique et de gestion dans beaucoup de langues africaines serait un travail de longue haleine, toujours en retard sur l’usage. Et surtout il n’existe pas de personnes compétentes pour enseigner dans toutes les langues locales, ni de formation de formateurs dans ces domaines.

Bref, il ne faudrait pas commence par casser ce qui existe avant s’apercevoir que c’est quasi impossible à remplacer.

On risque enfin de dévaloriser les élites des classes qualifiées dont le français est la langue maternelle ou d’usage.

Cet observatoire aurait donc aussi pour objectif d’une part de ramener le débat linguistique à la réalité concrète du travail, et de montrer aux entreprises françaises tout le bénéfice qu’elles pourraient tirer d’un environnement francophone.

Appel

En conséquence, j’appelle toute personne qualifiée attentive au développement économique et humain de l’Afrique à appuyer cette proposition.

Écrivez-moi à ymontenay@gmail.com

Yves Montenay,
auteur de La Langue Française, une arme d’équilibre de la mondialisation (2015)

Sur ce site : articles sur la Langue française et la Francophonie 

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.