Langue française – nouvelles de juillet 2023 (3)

francophonie linguiste terminologie université  langue française

Français, mon beau souci émission radio de Catherine Distinguin du 17 juillet 2023 "Francophonie, des enjeux actuels et stratégiques - Le Colloque Table Ronde" (lien)
DataFranca Le projet DataFranca a pour objectif la création et la diffusion d'un vocabulaire français de l'Intelligence artificielle (lien)
Les Outils Tice  Le Dictionnaire des Francophones : un outil gratuit pour explorer la diversité de la langue française (21/7) (lien)
Une lettre de Ludger Staubach sur la complaisance de certains médias face aux déclarations de linguistes, auto-proclamés experts de la question, prétendant qu'il n'y a aucune menace sur la langue française. (lire ci-dessous)   Arte, Ouest France, Médiapart : depuis quelques semaines c'est à se demander si les médias n'organisent pas un concours pour savoir qui réussit le mieux à mettre en scène un groupe de linguistes qui se dit "atterré".
En général, les positions de ces supposés défenseurs de la liberté de parler et d'écrire comme on veut se trouvent en position de monopole, souvent accompagnés des ricanements des journalistes lorsqu'elles sont présentées sur un plateau de télévision. Il faut faire comprendre à tous les lecteurs ou téléspectateurs qu'il est absurde et ridicule de voir peser une quelconque menace sur la langue française !

Nous n'avons rien à craindre d'un débat, les "arguments" de ces "linguistes" sont affligeants. Ainsi, dans Ouest France, un linguiste blogueur estime qu'il n'y a aucun risque pour la langue française appelée aussi "la langue de Molière" du fait qu'en réalité, on n'a jamais parlé comme Molière écrit !

D'une façon générale, il n'y a aucun argument : grâce à son autorité de linguiste on peut décréter ex-cathedra qu'il serait absurde de voir la moindre menace pour notre belle langue.

Nous ne détenons pas la vérité absolue, il faut pouvoir discuter de tout y compris de la question de savoir si la langue française est menacée ou non. Mais la moindre des choses serait alors de définir de quelles menaces il s'agit et de ce que l'on entend par "le français" pour ensuite débattre des arguments et contre- arguments ! Comment peut- on affirmer sérieusement que le français n'est pas menacé comme langue internationale, comme langue de science et de culture ? Comment peut- on affirmer sérieusement que le français ne serait pas menacé comme langue de communication quand une partie des candidats au baccalauréat ne peut pas traiter le sujet de français en raison de la présence du mot "ludique" dans l'énoncé, quand des bacheliers se mettent à harceler dans les réseaux sociaux l'auteur d'un texte donné au baccalauréat parce qu'ils ne l'ont pas compris ?

Quand une partie significative des locuteurs du français considère que leur langue maternelle et nationale est inapte pour formuler de slogans publicitaires, pour nommer une entreprise ou pour chanter ?

Ludger Staubach

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.